Kasongo-Lunda, avec ses agglomérations, compte aujourd'hui plus de 50 000 habitants.
Kasongo-Lunda, avec ses agglomérations, compte aujourd’hui plus de 50 000 habitants.

A Kasongo-Lunda, le constat est flagrant, surtout en cette période de fin d’année : les gens viennent de tous les villages de la région. Si certains d’entre eux viennent pour s’approvisionner en biens de première nécessité, d’autres par contre s’installent définitivement dans cette cité où il n’y a ni eau courante, ni électricité. Kasiala, chef d’un village de la région, est amer : les jeunes sur qui il comptait pour nettoyer le chemin qui conduit à la source sont tous partis s’installer à Kasongo-Lunda. Il n’a plus de sujets valides à qui adresser des demandes.

Lubamba, un autre chef, ne voit pas qui nommer comme adjoint. Celui sur qui il comptait a pris la décision  de vivre  à Kasongo-lunda, surtout que son frère aîné y habite déjà.

Dans cette agglomération, nous avons eu la chance de croiser ces jeunes qui abandonnent leurs villages et voulions savoir pourquoi ils quittaient leur milieu de vie. Pour eux, c’est normal. Ils sont jeunes, ils cherchent de l’emploi rémunéré et en plus, ils ont le sentiment d’être un peu plus en sécurité dans la cité, parce qu’ils y trouvent des écoles valables, un hôpital et un marché approvisionné par différentes sources. Problème : comment y gagner sa vie alors qu’il n’y a aucune usine, aucune fabrique, aucune institution d’embauche. Cependant, ces jeunes n’ont aucune intention de rentrer au village.

Kasongo-Lunda est une cité « tradi-moderne » : il n’y a pas d’électricité, pas d’eau (il faut descendre à la rivière), pas de magasin digne de ce nom, aucune route asphaltée. Rien qui rappelle une ville, sauf une circulation intense de la population (à pied) et le bruit. La population réelle n’est pas connue : il y a probablement plus de 50 000 habitants. On se demande encore si le décret du premier ministre sera suivi  d’effets.

0saves
Lekwango vous remercie. Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez laisser un commentaire en bas ou souscrire au flux RSS afin de recevoir les prochains articles directement dans votre lecteur de flux.