Edem Kodjo, homme politique togolais,  a été mandaté par l’Union Africaine comme facilitateur du dialogue politique qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive en République Démocratique du Congo et ailleurs dans le monde depuis plus d’une année. Le  blocage du processus électoral a interpelé l’Union Africaine qui a finalement décidé d’envoyer Edem Kodjo à Kinshasa afin de trouver des voies et moyens pour que les hommes politiques congolais puissent se parler. Le dialogue politique, appelé de tous ses vœux par le chef de l’état Joseph Kabila, ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique congolaise.
Joseph Kabila avait signé, au mois de novembre 2015 une ordonnance convoquant ce forum en précisant  son contenu : le fichier électoral, le calendrier électoral, la sécurisation des élections, le financement des élections et le rôle des partenaires extérieurs dans ce processus.
L’opposition a refusé de participer à ce forum.

A (re)lire : Dialogue politique : les uns le rejettent, les autres l’appellent de leurs vœux. Comment ça ?

Cependant, à la vue de la nouvelle  configuration, il y a lieu de croire que ce dialogue dit inclusif, ne tardera pas à se tenir. Edem Kodjo a entrepris de nombreux entretiens au pays aussi bien qu’à l’étranger. Il a pris contact avec les hommes influents de la classe politique  de la Majorité et certains membres de l’opposition, dont Tshisekedi. Il séjourne actuellement à Kinshasa.  Mais quelle sera sa marge de manœuvre ?
Le G7 prévient déjà : Edem Kodjo ne devra pas souffler sur les braises non éteintes de la contestation du 19, 20 et 21 janvier 2015. En janvier 2015, les manifestations organisées pour protester contre la loi électorale ont tourné en émeutes provoquant plusieurs morts à travers le pays. En plus, le facilitateur n’est pas au-dessus de la constitution de la République et devra tenir compte de la résolution 2277 du conseil de sécurité qui demande que les élections soient organisées dans le délai constitutionnel. L’opposition espère que le facilitateur ne cautionnera pas le glissement et la transition tant voulue par le gouvernement et sa Majorité présidentielle.
Edem Kodjo, ancien Premier ministre togolais,  a été désigné facilitateur du dialogue politique congolais par la présidente de la commission de l’Union africaine, Dr Nkosazana Dlamini Zuma, le 6 avril 2016.

 

0saves
Lekwango vous remercie. Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez laisser un commentaire en bas ou souscrire au flux RSS afin de recevoir les prochains articles directement dans votre lecteur de flux.