Voici un aide-mémoire pour comprendre les enjeux du dialogue convoqué par Kabila
1. Convocation du dialogue : 28 novembre 2015  par Joseph Kabila président la Rd Congo
2.  Début du dialogue : 1er septembre 2016
3. Durée : deux semaines, à partir du 1er septembre
4.  Lieu : Cité de l’Unité Africaine, près du Camp militaire Tshatshi à Kinshasa, et non loin du ministère de la défense.
Nombre de participants : 200
– Majorité : 68 délégués
– Opposition : 68 délégués
– Société civile : 39 délégués
– Autres personnalités désigné par le facilitateur : 25 délégués
5. Facilitateur : Edem Kojdo, homme politique togolais, mandaté par l’Union Européénne et la communauté internationale.
6. But du dialogue : – Organisation des élections apaisées, crédibles et transparentes ; Evaluation du processus électoral ; révision du fichier électoral, Séquences des élections et calendrier électoral ;
– Accord politique pour conclure les négociations

A (Re)Lire : Le dialogue convoqué par Kabila aura-t-il lieu ?

7. Parmi les ténors de la politique congolaise :
*. Participent au dialogue
– Vital Kamehre, président de l’UNC et ancien président de l’assemblée nationale
– Kengo Wa Dondo, président du Sénat
– Jean Lucien Busa, Front des démocrates, député national
– Samy Badibanga, UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social)
– Azarias Ruberua, Ancien vice-président de la RDC
– José Makila,  Gouverneur de la province du Sud-Ubangi
Leurs partis politiques respectifs sont impliqués d’une manière ou d’une autre
* Ne participent pas :
– Etienne Tshisekedi, UDPS
– Moise Katumbi, Ancien gouverneur du Katanga
– Eva Bazaiba, Secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba,
– Martin Fayulu, coordonnateur des Forces acquises au changement (FAC) et membre du Rassemblement de l’opposition
– Freddy Matungulu,  ancien ministre congolais des Finances (2001-2003)
– Le G7
8. Que dit l’article 220 de la Constitution de la RD Congo ?
Article 220
La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.
Est formellement interdite toute révision constitutionnelle ayant pour objet ou pour effet de réduire les droits et libertés de la personne ou de réduire les prérogatives des provinces et des entités territoriales décentralisées.
9. Pourquoi l’Opposition refuse de participer au dialogue ? La majeure partie de l’opposition considère ce dialogue comme un « piège ». Pour l’opposition, les organisateurs du dialogue veulent à vouloir à tout prix accorder un troisième mandat au président Joseph Kabila en violation de la Constitution.
Cet aide-mémoire n’est pas exhaustif. C’est juste des informations de bases pour aider à suivre le débat.

0saves
Lekwango vous remercie. Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez laisser un commentaire en bas ou souscrire au flux RSS afin de recevoir les prochains articles directement dans votre lecteur de flux.